• Anasheba montée, jour 3. Arrêt et extension d'encolure

    Je reviens après trois bonnes semaines de vacances ! heureusement, les chevaux ont une bonne mémoire… Enfin, après deux jours où je prends le temps de la retrouver, il est temps pour moi de continuer le travail monté ! 

    Et ce dimanche 19 aout 2018, j'ai reposé les fesses sur Anasheba. 

     

    Déroulement de la séance : 

    Anasheba montée, jour 3. Arrêt et extension d'encolure Je la prépare, la sangle, lui enfile la longe façon Colbert et l'emmène en carrière chargée de mes carottes. En avant. 

    Comme à chaque fois, je commence par la longer. Très bon pour la détendre, échauffer les muscles et la mettre à l'écoute, je prends dix bonnes minutes à chaque mains le temps de bien la faire marcher et un peu trotter. Je ne m'étale pas sur le trot, qui sert ici juste à la détendre car le travail que je fournis sur son dos n'est pas haut en effort physique et qu'il fait très chaud en ce moment. J'en profite un petit coup pour continuer à lui apprendre l'extension d'encolure (toujours à chaque main) et j'arrête. 

    La veille, en longe, elle m'a fait un peu n'importe quoi, mais là, j'étais sidérée par son écoute. Elle m'a fait deux, voir trois très beaux départs au trot, sans affolement. Et au bous de deux tours, elle à adopter -elle même- un trot mesuré. Franchement, si c'est pas beau ça ! Enfin, je récompense et donne même une carotte puis la ressangle, m'équipe et m'approche d'elle… 

    Quand je suis montée, elle s'est juste occupée à manger l'herbe qui était au bord de la carrière. Elle n'a donc pas bouger ! 

    (je reviens sur la monte. Ma mère m'a fait la courte échelle. Pourquoi le faire alors que je pourrais mettre le pied à l'étrier et me hisser dessus ? Car en faisant cela, nous tirons sur le garrot du cheval, ce qui n'est absolument pas bon et peut engendrer des douleurs. Préférez alors la courte échelle ou un montoir.) 

    Je prends plaisir à me pencher, confiante de ma monture (Heuuu…) pour lui donner une carotte ! Elle n'a rien fait et reçois une récompense, ce qui la conforte dans son non-mouvement. En me penchant, je fait très attention à ne pas reculer mes jambes, ce qui pourrait chatouiller, embêter, déclencher le mouvement chez ma jument ultra-sensible. 

    Enfin, je la fais marcher calmement en contractant les mollets. Elle m'écoute très bien et parait détendue. Je la récompense régulièrement d'une caresse. 

    Ma mère installe un carré de cônes pour visualiser l'endroit où je dois m'arrêter. 

     

    Anasheba montée, jour 3. Arrêt et extension d'encolure

    (petit dessin de moi pour visualiser) 

    Les cônes sont représentés en orange et les deux différents tracés que j'ai effectué avec elle en bleu et vert en m'arrêtant à chaque fois que je passe au milieu du carré. Seulement, pour m'arrêté, j'ai fais le possible sans utiliser les rênes. Pourquoi ? Car dans le monde des courses, le jockey va tendre au maximum ses rênes pour que le cheval s'appuie dessus et accélère. Pour résumer, quand on tire sur les rênes à Anasheba, elle, elle comprend "Chauffe, COURS !" quand j'ai appris ça grâce à EquidiaLife, j'ai compris pourquoi elle ne comprenait pas l'arrêt. De ce fait, nous avons décidé de supprimer la demande des rênes pour l'arrêter. Si, c'est possible ! Respirez, redressez vous et bloquez votre bassin. Le cheval, sensible, va sentir que vous ne suivez plus son mouvement et va donc suivre le votre. Non mouvement du bassin = arrêt. L'idéal est de faire ça a cru, pour commencer car vous êtes à même le cheval, vous sentez ses muscles se contracter et lui sent les vôtres. Mais je ne me sens pas encore à monter à cru sur elle… 

    Qui plus est que le cheval est intelligent, il comprend vite. Au début, j'étais contrainte de raidir mes doigts sur les rênes… voir tirer un peu… Mais au bout d'un moment, comme je l'ai dit, je ne faisais que me redresser, respirer et bloquer mon bassin pour qu'elle s'arrête. Super contente, je lui donne un bonne carotte. 

    Elle est rigolote car quand elle sait qu'elle a bien répondu à une demande, elle tourne la tête vers moi pour recevoir sa récompense. Ou quand je lui tapote le garrot et l'appelle en faisant claquer mes lèvres comme un bisou. 

    Pour tourner autour du cône, le mieux et de demander l'incurvation à son cheval. Car vous faites travailler l'arrêt et la direction. Moi je n'ai pas embêté Ana avec l'incurvation. 

    Observation : Ana à été très à l'écoute. J'ai eu un peu de mal à l'arrêter au début mais la récompensait d'une carotte à chaque fois qu'elle s'arrêtait dans le carré (4 fois sur 5 environ, pour dire que c'était très bien) et puis à la fin, elle s'exécutait à la perfection, je ne faisais que raidir mes doigts en plus de mon assiette bloquée ! Parfait ! Je récompense de deux carottes et de caresses, puis je la laisse un instant sans demande, je me détends, souffle, caresse. Ces petits moments de calme en pleine séances sont pour moi très important car c'est un moment de détente, de semblant de bien-être en séance. Une autre forme de récompense tout simplement. Il peut également marquer un changement d'exercice. Enfin… elle baisse la tête, ne bouge plus, j'en conclu qu'elle accepte ce moment. Il ne doit pas être trop long, même pas du tout pour ne pas faire croire au cheval la fin de la séance (j'ai d'autres codes pour annoncer cela) et pour ne pas laisser le temps à ses muscles de se refroidir. Ce temps n'est pas forcément à l'arrêt, je peux très bien la laisser marcher calmement. Puis, je reprends, remonte doucement sur mes rênes.

    Elle est toujours à l'écoute, et nous décidons de reprendre le même exercice mais au trot. Une nouvelle fois agréablement surprise, elle adopte un bon trot, ne part pas trop vite et s'arrête entre les cônes. Je caresse, récompense etc. Puis reprends. Tout se passe très bien ! Ma mère me propose d'essayer de lui faire faire une extension d'encolure. J'ai crains qu'elle ne chauffe mais j'essais. Elle était très calme et m'écoutait. En retour, je me montrait douce dans mes demandes et dans ma position (exemple : au trot enlevé, je frôle son dos, je ne m'assois pas vraiment.) Anasheba est une jument autonome, elle garde le travail sans que je n'ai à la rappeler à l'ordre trop souvent. C'est une grande qualité que je ne dois surtout pas casser. Et pour cela, je ne dois pas la solliciter trop souvent, seulement quand elle cesse d'elle même, je la relance.

    Elle a une nouvelle fois tout fait calmement ! et elle s'incurvait pratiquement bien !

    Elle baisse la tête -après quatre bons tours) et y reste au moins deux foulées. Parfait. De l'autre sens, elle fait de même alors dès qu'elle la remonte, je cesse, me rassois dans la selle et bloque mon bassin. Une fois au pas, je dessangle, descends, et la fait marcher avec de grandes félicitation orales, physiques et gourmandes ! Je la marche cinq à dix bonnes minutes pour détendre les muscles et la rentre. Une bonne douche l'attendait !

    Quel plaisir j'ai ressentis ! Cette jument est une perle, il faut juste la connaitre, la respecter et gagner sa confiance. J'en suis persuadée. 

    C'était une magnifique séance, très positive pour les prochaines ! 

     

    « Je remonte Anasheba ! jour 2 Je pleure toujours ? »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 22 Août à 22:35

    Ça fait plaisir à lire ! Cette jument avait besoin de patience... et de carottes. Comme quoi tout leurs chevaux "brisés" qui terminent à l'abattoir auraient juste besoin qu'on s'arrête un peu sur eux.

    En tout cas j'aime bien suivre sa progression.

    Et une pensée pour mon premier centre équestre avec ta phrase "Nous avons décidé de supprimer la demande des rênes pour l'arrêter. Si, c'est possible !" (Note : dans ce centre équestre, le moniteur était une perle. T'as jamais fait d'équitation ? Bah attends, va chercher un poney, selle-le et bride-le toute seule, et pis après je me fiche bien de toi devant tout le monde parce que tu l'as mis à l'envers. A pis c'est simple le cheval : pour le faire avancer tu donnes des coups de talon (ou de cravache si c'est un feignant), et pour l'arrêter tu tires sur les rennes. Quoi, c'est déjà la fin de l'heure ? Allez, un petit jeu tous ensemble, vous verrez les poneys adorent se foncer dedans, s'échauffer et se mordre jusqu'à ce que quelqu'un finisse par terre.))

    Bref, ça fait du bien de lire autre chose. ^^

    2
    Jeudi 23 Août à 12:12

    Merci Plume ! Oui je suis d'accord, tous les chevaux peuvent être repris. Il faut les comprendre, simplement... 

    Ahlala... Le moniteur qui discute et rigole au parbote alors que toi tu entames ton dixième tour de trot... J'ai connu aussi. Mais toi, tu as l'air d'être tombé sur bien pire ! J'aime pas les bourru.... mad ces especes de... De... D'hommes mal lavés qui ne savent de taper dans leur selles, dans le dos de leurs chevaux ! 

    3
    Jeudi 23 Août à 22:55

    Comme partout, c'est encore une affaire de gros sous. Les chevaux ne rapportent plus en compétition ? Qui voudrait payer pour continuer à les entretenir ? Ce genre de logique ça me... me... bah en fait j'ai pas les mots.

    Oui, celui-ci était pédagogiquement peu efficace et totalement pas professionnel. Par exemple, une fois la ponette que j'avais montée s'était blessée avec sa sangle : elle devait frotter parce que le passage de sangle était en sang à la fin de l'heure. Je ne devais même pas avoir dix ans, et bah ce moniteur m'a carrément tout mit sur les épaules en disant que j'avais trop serré. Tu parles ! J'ai culpabilisé toute la soirée limite en pleurant, croyant que j'avais blessé la ponette. Bref : le seul truc que j'aimais bien chez lui, c'était son chien. Un brave Border Colie lui. (Je sais, je m'éloigne du sujet, mais plus j'y pense plus ce premier centre équestre était une calamité. Un truc de friqués ça aussi, une lubie de richissimes qui voulaient monter un centre équestre, mais qui du coup ne s'occupaient pas du tout des choses pratiques. Alors que le second que j'ai connu était beaucoup plus familial, et donc avec une ambiance bien meilleur et dans le respect des animaux. On peut dire que je n'ai réellement commencer l'équitation qu'à partir de ce moment.)

    4
    Vendredi 24 Août à 08:10

    Comment a-t-il put osé dire ça ! mad en effet, c'etait un horrible moniteur ! Anasheba s'est blessé plusieurs fois en faisant idiote quand je la montais en début d'année. Mon moniteur ne m'a jamais fais de réflexion. Il désinfectant en fin d'heure et m'a dit que la prochaine fois, je mettrais des cloches. Voilà tout. 

    Ah nan ! Heureusement que tu as vite changer avant de t'imprégner (connais pas l'orthographe) de cette mentalité ! 



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :