• Je pleure toujours ?

    Pleurer. Longtemps ma mère me regardait droit dans les yeux, quand je pleurais, et me demandais "tu as mal quelque par ?" je lui répondais que non alors elle se redressait et me disait "alors ne pleur pas". 

    J'étais fière. Contente. Voici les dires d'une personne forte. Ca a marché longtemps avec moi, et je sais que je le redirais à mes enfants, car je le dis déjà à mon petit frère. 

    Mais… 

     

    Je pleurs toujours. Souvent pour rien. Je pleurs car je suis déçue, énervée (en pleine dispute avec ma sœur par exemple), triste évidemment. Ou pour plein d'autres raisons. Mais c'est quand j'ai mal que je ne pleurs plus. Que je serre les dents et que j'affronte la douleur. 

    On me dit que je suis faible. On pense que je suis une petite fifille qui chiale tout le temps. Des fois, avec des personnes compréhensives, on me répète de relativiser les choses, on me rassure, on se montre gentil mais derrière cette gentillesse, on me parle comme si j'étais une petite enfant ! Non ! arrêter ! je sais pourquoi je pleurs, je sais que j'en ai marre, dans ma tête, je relativise, je souris, je passe à autre chose, mais je pleure toujours… Sans même le vouloir. Alors je m'énerves contre moi-même. Je m'insulte, je me frappe. Et je pleurs toujours autant. Peu importe ce que vous direz, je ne veux rien entendre. Juste, laissez moi. Je veux être seule. 

    Certaines personnes frappent, cri, cours, pour extérioriser la colère qu'ils ont dut ravaler à un moment. Moi, je pleurs. Ce n'est rien, chacun sa méthode. Mais pourquoi la mienne me fait paraitre faible ? J'en ai assez !! 

    Vous savez, quand vous ravalez votre colère. Que vous lui dites "non. Va t'en. Je ne veux pas m'énerver, ça ne serre à rien. Pas maintenant". Vous retrouvez votre calme, vous vous sentez mieux. Puis, après, quand il n'y a plus lieu de s'énerver. Elle ressurgit. "J'ai été cool, je t'ais laissé. Mais maintenant Je veux sortir !" Et la revoilà. Seulement cette fois, vous ne pouvez pas la renvoyer. Elle revient plus forte que jamais. Alors vous faites quoi ? Vous criez ? Vous vous énervez ? Vous frappez ? Ou… Vous pleurer ? 

    Alors oui je pleurs souvent, pour rien. C'est juste ma manière d'extérioriser.

    Ma mère parle d'une sur-sensibilité. Je ne sais pas quoi en penser. J'avoue être sensible. j'ai quand même versé une larme pour la licorne des mages d'Ethanor ! mais je ne pense pas qu'on puisse parler de sur-sensibilité.

    Pourquoi je dis tout cela ? Je ne sais pas. Car j'étais dans un état comme celui-ci en rentrant à la maison. Anasheba n'a pas été calme et attentive ce matin. Je me suis énervée, pour j'ai refoulé cette colère, qui est ressortie en fin de séance. Et j'ai pleuré. Alors que tout allait bien ! Ma mère ne m'a pas comprit sur le coup, il a fallut que je lui explique après les différents états de mon esprit le temps que je pleurais (ceux cité tout à l'heure). Et que ça m'étais déjà arrivé alors que Usesse ne s'était pas montrée non plus calme. Sang-froid, calme, et la colère est revenue après la séance sous forme de larme. 

    Qu'en pensez-vous ? Quels sont vos moyens à vous pour vous calmer ou extérioriser ? 

    « Anasheba montée, jour 3. Arrêt et extension d'encolure Organisation année de Première 2018/2019 »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 24 Août à 14:02

    Je t'admire d'arriver à en parler si... librement. Du coup je vais peut-être me lancer ?

    J'avoue que de mon côté, je suis une personne assez calme dans la vie de tout les jours, et que je m'énerve rarement. Parfois ça arrive avec ma sœur, ma ça reste très "soft" par rapport à ce que j'entends dire dans certaines familles. Du coup en cas de colère, j'essaye de m'isoler, de passer mes nerfs sur mon oreiller et ça va mieux. En général je prend un livre et cinq minutes après je ne sais même plus pourquoi j'étais en colère.

    Non, par contre je sais qu'il m'arrive de pleurer sans comprendre pourquoi, notamment après des émotions fortes et beaucoup de stress. Quand je passe à l'oral par exemple. C'est étrange, parce que jouer de la musique devant du monde, conter, faire du théâtre ne me dérange pas... mais faire un exposé oral, ça ne passe pas. Et ça m'est arrivé de me retrouver en larme devant la prof alors que je connaissais parfaitement mon sujet, et qu'au fond je ne me sentais pas mal du tout. Juste les larmes étaient là et ne voulaient pas partir.

    Pour le bac c'est ce qui me faisait le plus peur : pas de manquer mon sujet, ni de tomber sur un mauvais texte, mais de trop stresser devant l'examinateur. Finalement tout s'est bien passé au début, et c'est seulement à la fin quand il a fallu repasser aux relations "sociales" avec la prof que j'ai sentis les larmes venir. C'est terrible : tout va bien, tu es même soulagée d'en avoir fini, et là tes yeux n'en font qu'à leur tête ! J'ai tout remballé le plus vite possible pour sortir avant que ça ne lâche, et finalement elle n'a rien remarqué.

    En fait, je pleure rarement, mais je dois avoir un "seuil d'émotion" au delà duquel je ne les contrôles plus (et au Bac ORAL (je précise bien, il n'y a que ça qui me fait un effet pareil) le seuil est passé tout juste). Bref : ne t'en fais pas, tu n'es pas la seule, les larmes ne sont pas une marque de faiblesse mais plutôt... une manière d'extérioriser un coup ses émotions ? On a tendance à en avoir honte en publique, c'est vu comme... bah oui, une faiblesse. Il faudrait peut-être se pencher sur la SOURCE des larmes avant de les juger elles-même ?

    (J'ai noté au passage qu'il y avait eut des difficultés avec Anasheba. Elle s'est énervé pendant sa séance ?)

      • Vendredi 24 Août à 14:35

        Je n'ai jamais eu de difficulté à parler de quoi que se soit.. 

        Et je te comprends tellement. J'ai oublié de le cité, mais le stress est, comme tu dis, une autre grande raison de larme. Ca me fait plaisir que tu me le dises. Que tu me parles de ça. 

        Comment fais-tu pour te calmer en lisant. Quand je suis en colère, (en dispute contre ma sœur, en reprenant ton exemple. Ou contre mon père peu importe). J'ai l'esprit tellement bouillonnant qu'il m'est impossible de lire (sans parler des larmes retenues qui te brouillent la vue). Je n'arrive plus à me concentrer sur l'histoire. Mon esprit est toujours dans la dispute et tourne et retourne mille et une fois tout ce qui a été dit. Comme s'il faisait plusieurs enregistrements interminables qu'il va une nouvelle fois relire plusieurs fois chacun en changeant certaines paroles pour refaire le cour de l'histoire tel que j'aurais aimé que ça se passe. Car sur le coup de la colère, on oubli certaines choses, on se montre très dur ou au contraire on regrettent de ne pas avoir eut assez de répondant et vouloir lui relancer dans la figure quelques méchanceté (oui écoute. Certaines personnes sont soft en dispute. D'autres voudraient vider leur sac plein pot). Je ne peux pas lire. Mais bon, j'essaierais un jour quand même ! merci

        Pauvre de toi… Comment ça se fait ? Pourquoi tu n'y arrives pas ? Surtout qu'en te "connaissant" je ne doute pas que tu sais de quoi tu parles lors d'un oral ;) Moi, je suis un peu comme toi aussi. D'ailleurs quelle honte j'ai eu quand je n'ai pas réussi à retenir mes larmes après ! En oral de brevet. Stress totale, mes mains tremblaient comme ma voix. Respire, calme. J'ai commencé en tremblant. Puis j'ai fait une petite pose quand j'étais encore en train de présenter mon sujet. "Excusez-moi. Je stress malgré moi." j'ai respiré un bon coup et j'ai reprit bien mieux. J'ai dis ça d'une manière cordiale. Et je crois qu'ils n'ont pas été plus mouché que ça. Puis en fin de séance. Quand tout s'est terminé. La juge m'a dit "C'est très bien, merci Fidaè" puis elle m'a sourit. A ce moment, j'ai un sourire de fin de séance. (cette même fin de séance, quand tu ravale ton stress et qu'il doit s'extériorisé après.) les larmes sont venues, j'ai tenté de lui caché en me tournant vers les feuilles et ma clé usb. Peine perdue. "Tout vas bien ?" je me suis retourné et ai souris. "Oui madame. Je suis désolée, c'est ma manière d'extériorisé mon stresse du début. C'est plus fort que moi." c'est passé bien. Ma franchise envers eux sont toujours plutôt bien passé. Je suis repartie et voilà. 

        Bon, ça ne s'est pas passé exactement comme ça, je me rappelle plus bien exactement ce que j'ai dis mais grossomodo c'était ça. J'espère faire mieux cette année quand même… 

        Enfin, pour dire que je te comprends. Et ça me touche que tu me l'ais dit car je n'ai jamais entendu un garçon avouer pleurer à cause du stress. Ca fait vraiment plaisir. 

        En tout cas, tu a raison ! je n'y avais pas pensé avant. C'est ce seuil d'émotion que je dois dépasser souvent (comme je vis à fond tout ce que je fais) et c'est ce qui doit me faire pleurer souvent. Merci plume. Ca fait du bien d'en parler ihih 

        (oui. Je n'avais pas de carottes. Mais c'est un problème. Je vais arrêter d'en emmener tout cour)

      • Vendredi 24 Août à 20:42

        Heu... attend, tu me met mal là... J'ai dis à un seul moment que j'étais un garçon ? arf

      • Vendredi 24 Août à 20:57

        oh tu as toujours laissé sous entendre ... Attends... Nannnn ça fait deux ans que je te prends pour une garçon alors que tu n'en est pas un ? Toute les fois où j'ai dis "il" pour toi tu m'as jamais repris ! 

      • Vendredi 24 Août à 21:12

        Bah... 'chais pas. Je devais trouver que ce n'étais pas une erreur importante au point de te reprendre. Et puis les autres parlent de moi au féminin, ça ne t'a pas choqué non plus ? Comme je ne suis pas Jule César et que je parle de moi à la première personne... 'pis toi à la seconde... ouch

      • Vendredi 24 Août à 21:35

        Oh ! Bah non écoute... Je n'ai pas dut faire attention. Oh... Bizarre,ça m'aurais sauté au yeux... 

        Du coup tu es une fille ?! Ça fait deux ans que je crois et parle de toi comme si tu étais un homme ? 

      • Vendredi 24 Août à 21:37

        Toutes... mes excuses alors... Ça ne change pas grand chose, si ?

      • Vendredi 24 Août à 21:55

        Concrètement, non. Que tu sois un homme ou une femme, ça ne change rien. Mais imagine le choque psychologique que je viens de subir ! Je viens de dire a ma sœur, et j'ai encore dit Il, le changement qu'il va devoir se faire dans tout le tiroir conservant Plume de choucas. Le "rectificatieur" va devoir relire toutes tes fiches te concernant pour remplacer tous les "il" par "elle" avant que je ne puisse faire le véritable changement. Et toute la section "imagination par image" va devoir mettre de côte certains dessin pour refaire le tient. Histoire d'avoir un visage féminin a te mettre. C'est méga hyper important ! Je vais pas dormir cette nuit (hyper-sensibilité mdr) 

        Attends... mais alors au tout début des mages d'Ethanor. On s'est amusé a sité des personnages qui ressemblaient a l'image qu'on se donnait de nous. Tu m'as dit que tu m'imaginais comme Zara (heu... Gros trous de mémoire sur son vrai non. Les "chercheurs" sont en congés ou endormi... Effectif réduit désolé) et j'ai dis que je t'imaginais un peu comme Karl. Et je m'en souviens comme si s'était hier, a moins que les "imaginateurs clandestin" n'aient truqué ma mémoire, tu m'as répondu que c'était plutôt flatteur. Karl est un mec ! Voilà pourquoi j'ai toujours cru que tu en étais un.. 

        Quand m'as-tu fais marcher ? A la plage des mages d'Ethanor ou maintenant ? arf

      • Vendredi 24 Août à 22:21

        Pffiou, ça me met vraiment mal alors...

        Pour moi, fille, garçon... ça revenait au même. Et c'est toujours flatteur l'idée d'une comparaison avec Karl. A l'époque, je disais aussi que je t'imaginais comme le chat que tu avais sur l'avatar, du coup on avait déjà mit une barrière avec la réalité.

        Si tu regarde Panettone, Wistala, Snowy... si je ne me trompe pas, elles parlent toutes de moi au féminin, non ?

        Enfin en tout cas, si c'est la faute de quelqu'un c'est la mienne. Effectivement, je n'ai jamais songé à te corriger et je n'ai jamais dit clairement mon sexe. Parce que je considérais pas cette question comme étant de première importance. C'est vrai que ça fait deux ans maintenant...

        Ben... heureusement qu'on éclaire ça aujourd'hui alors ?

    2
    Vendredi 24 Août à 22:40

    Bah oui tu m'étonnes ! 

    Oui c'est vrai... 

    Oh, ça ne change rien hein. ;) Ça fait un petit choque au début. Ce n'est pas la plus grande importance, loin de là comme tu dis. Mais c'est toujours bon a savoir pour que j'arrête de dire il alors que tu es elle ^^' 

    Alors les règles tout ça tout ça tu connais mdr. La joie de la femme et tout he

    Énorme ! 

     

      • Vendredi 24 Août à 22:47

        Hé oui ! sarcastic

        Bon, heureusement que tu ne le prend pas trop mal alors. Tu avais beau te tromper sur mon sexe pendant deux ans, je pense que tu en connais plus de moi que la plupart de mes amis du Lycée. Comme quoi...

        (J'avoue que... j'essaye de t'imaginer en garçon, ça fait tout de même bizarre.)

    3
    Vendredi 24 Août à 22:56

    Pourquoi je le prendrais mal ? Et me vexer de quoi ? sarcastic oubli. 

    Ah bon ? Je n'ai que des idées de toi (preuve ce soir !) 

    (Ah t'as vu ! Ça fait bizarre. Nan mais je te dis, mon imagination va travailler cette nuit !) 

      • Vendredi 24 Août à 23:04

        Dors quand même ! En plus c'est samedi demain... travail avec Anasheba ?

        Peut-être, mais en vrai je te "connais" depuis plus longtemps que mes amis du Lycée, et aussi étrange que cela puisse paraître je parle plus facilement ici (sur internet... quelle ironie !). Et puis je trouve que les RPG aident beaucoup à imaginer le caractère d'une personne. Même si on essaye de faire nos personnages de façon détachés, il y aura tout le reste : les styles joués, la façon de narrer, les types de personnages, les thèmes abordés... Par exemple, personne sur ekla qui a un minimum joué avec toi ne peut ignorer que tu adores les chevaux !

    4
    Vendredi 24 Août à 23:30

    T'inquiète .

    Nan... Je suis chez mon père... (Justement, il faut que je fasse l'article de cette désastreuse séance) 

    Oh bah oui moi aussi. Tu restes la personne que je "connais" au plus longtemps en parlant des amis de lycée. Hé oui, c'est vrai qu'à force de côtoyer les personnages joués, on retrouve au moins un truc qui est de toi, que tu ne supportes peut être pas en vrai vie et que aucun de ses personnages ne viendraient le changer. (En effet... J'ai remarqué chez moi que tous respectait les animaux (dans mon souvenir) et qu'aucun ne leur faisaient vraiment de mal) après... Pour toi... J'avoue que tu es très bonne actrice ! Mais je sais une chose, c'est que tu es quelqu'un de respectueuse, patiente, perfectionniste, calme et peut être même réservée. En tout cas, plusieurs fois où je m'emportais dans le blog tu as sus me calmer via ton personnage ça m'a plusieurs fois surpris. 

    Rêveuse et attentionnée. Non ? 

    5
    Mercredi 29 Août à 11:54

    Pardon ????
    Hé, Plume, je t'ai toujours pris pour un garçon moi aussi ! 0_0

    Ce choque ! Tu t'imagine pas ce que tu viens de me faire là. xD ça fait deux ans que je dis à maman : j'écris avec deux amis à peu près de mon âge qui ont plein d'imagination et leurs blog et trop cool ! Une fille et un garçon. Rhalala, tu parle d'un changement ^^

    Maintenant que j'y pense, c'est vrai que ce n'était pas très clair cette histoire !

    J'en reviens pas !

     

     

      • Mercredi 29 Août à 14:52

        Dieu merci je ne suis pas la seule ! Mais j'ai eu un énorme choque aussi ! Je te comprends Wistala 

      • Mercredi 29 Août à 16:31

        O_O

        Bon Ok, j'ai dû rater quelque chose. Et je crois que vos mère ont me haïr.

    6
    Mercredi 29 Août à 16:36

    La mienne est très compréhensive, ça va ^^

    Mais je suis contente d'être fixée

      • Mercredi 29 Août à 16:55

        On verra la réaction de la mienne samedi midi he

    7
    Samedi 8 Septembre à 12:41

    Moi aussi j'ai toujours cru que t'était un garçon ! Mais après, j'imagine que chacun sur ekla peux se construire le personnage qu'il veut, non ?

    8
    Mardi 18 Septembre à 08:06

    Bonjour,

    J'aime beaucoup ton article très compréhensible. Nous avons chacun notre façon d'évacuer le stress et la tienne c'est par les larmes. Une personne chère à mon cœur à les même réaction que toi, elle va pleurer pour des petits trucs et rester solide comme le roc quand c'est grave. C'est notre thermomètre dans la famille. Quand elle ne pleure pas, on sait qu'il faut s'inquiéter :-)

    Peut-être qu'en hypnose Ericksonnienne (trouver un praticien sérieux et compétent) tu pourrais résoudre ce petit embarras ; sans pour autant le remplacer par autre chose mais tout simplement en utilisant une de tes ressources pour en faire une force et la substituer à cet état par le biais d'un ancrage (qu'on utilise aussi en PNL, je rectifie : l'hypnose Ericksonnienne s'est inspirés de la PNL pour cette technique pour ancrer profondément le bon comportement face à une situation donnée) 

    Quant à plume de choucas, j'avoue m'être moi-même laissé embarquer dans cette ambiguïté.

    J'ai vu que tu voulais devenir Kiné-ostéopathe. Pourquoi ces deux spécialisations ? Par laquelle souhaites tu commencer ? Bonne continuation avec Anasheba.

    9
    Mardi 18 Septembre à 08:29

    Bonjour a toi ! 

    Ce doit être une personne forte, celle que tu me décris. :) Le seul truc qui diffère, c'est que je pleure, même quand c'est grave. (Où alors je ne suis jamais allée a un stade très grave...) 

    Quelle est ta manière d'évacuer a toi ? 

    C'est très intéressant, je ne connaissais pas "l'hypnose Ericksonienne" et irait me documenter ce soir, merci beaucoup ! Après... Je sais pas si j'irais jusqu'à vouloir l'expérimenter... J'ai un peu peur de tous ces trucs la ^^' mais merci beaucoup, je retiens au cas où un jour j'en ai plus qu'assez de pleurer pour rien. 

     

    Ah ! Je suis contente de voir que je ne suis pas la seule. Et de trois. Plume de choucas, tu es mystérieuse. 

     

    J'ai très mal vécu la séparation de mes parents, et ma mère a essayé de m'emmener voir un psychologue pour essayer de faire cesser mes crises nocturnes et me faire retrouver l'appétit. J'y suis allée pendant plusieurs années, ca ne a jamais rien fais. Elle a donc cherché a m'emmener voir quelqu'un d'autre et a pointé l'ostéopathie. Quand j'y suis allée, rien que la première fois, ça m'a fait un bien fou ! Une libération totale et j'ai dormi de la voiture pour rentrer jusqu'au lendemain. On a continué ainsi et en deux/ trois ans, il a réussit a me débarrasser de mes fantômes, chose que le psychologue n'avait pas fait en 4 ans. Forcément, je l'ai regardé et me suis dit "plus tard, je veux faire comme vous et aider des personnes". Je me suis documentée, ai regardé des documentaires pour faire le tour du métier. Puis la kinésithérapie a montré le bous de son nez. J'ai appris qu'il était préférable de faire sa réputation en kinésithérapie avant de s'orienter sur l'ostheopatie. Chose que je compte faire plus tard. Et puis, être kiné me tente tout autant ! Enfin, je veux pouvoir aider des personnes et même des animaux. Voilà la petite histoire. Pourquoi ? 

    Merci ! J'espère réussir...  

    Have a good day ! 

    10
    Mardi 18 Septembre à 09:46

    Coucou, d'abord l'hypnose. Il est important de la démystifier. Car on l'a connaît sous l'hypnose  de spectacle alors qu'il faut savoir que tu entres en état d'hypnose plusieurs fois par jour, entre autre quand tu es absorbée par une tâche, ton cerveau se mets en mode automatique et ton petit protecteur surveille que tout va bien près à sonner l'alerte si quelque chose ne tourne pas rond. En conclusion, ce n'est que parce que tu es consentant que l'on peut faire quelque chose en hypnose, sinon ça ne marche pas.

    Pour l'ostéopathie, nombre d'ostéo, sont installés et travaillent très bien sans pour autant être kiné. Les deux sont différents et complémentaires. Certains ostéo et kiné développent en plus une certaine empathie qui leur permet d'obtenir des résultats comme avec toi. Tu peux poser des questions à La Loutre, qui se fera certainement un plaisir de répondre à tes questions (c'est une jeune diplômée en ostéo qui pratique maintenant depuis presque deux ans)

    Oui c'est une personne forte, ce qui lui sauve plus ou moins la vie face aux épreuves qu'elle a pu traverser.

    Moi avant, c'était de la colère (beaucoup, énormément que je retournais beaucoup contre moi-même ou contre celui ou celle qui faisait preuve d'injustice ... et là les barrières n'existaient plus. Il n'y avait pas de prof, de supérieur, de plus âgé... il y avait juste quelqu'un d'injuste et j'étais un véritable dragon)
    j'ai appris à parler à ma colère et la regarder en face et puis peu à peu, j'ai réussis à devenir copine avec elle pour ensuite qu'elle disparaisse presque. Mais j'avoue que quand on es injuste avec moi, je continue à sentir le dragon en moi.

    Mais je pense que la meilleure façon d'évacuer cela, c'est de prendre soin de soi et comprendre pourquoi on en vient à réagir comme ça. Moi par exemple c'est parce que ma famille a été injuste avec moi et que je prenais toujours à la place des autres. Mais aussi, parce que j'ai vu des adultes mal se comporter avec des enfants et que malgré des dénonciations, ils n'ont pas été inquiétés, loin de là (les dénonciateurs ont été punis) ... donc ça a développé chez moi une sorte de colère noire vis à vis des personnes qui profitent de leur situation ou autre pour commettre des actes horribles ou malsains et passer entre les mailles du filet...



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :